Première édition (BFMTV) - Christophe Delay et Adeline François : "C’est compliqué de former un bon duo"

Comment appréhendez-vous cette rentrée ?

Christophe Delay : On a hâte ! Nous avons la chance de former une équipe où tout le monde est heureux de repartir pour une nouvelle saison. Quand on se lève pour aller travailler, à 2 heures du matin, on n’a pas la boule au ventre, on sait qu’on va se marrer.

C’est une responsabilité particulière d’accompagner les téléspectateurs à leur réveil ?

Adeline François : Responsabilité, c’est un bien grand mot. Notre mission est de les informer et de leur faire débuter la journée du bon pied ! Le sel de Première édition, c’est aussi nos chroniqueurs, nos éditorialistes, nos sourires et notre bonne humeur !

À lire également

Faites entrer l'accusé : Le journaliste de BFMTV Christophe Delay remplace Rachid M'Barki

Christophe : Il n’est pas toujours facile de trouver ce bon équilibre entre la complicité au sein de l’équipe et la rigueur journalistique. Nous luttons férocement contre la confusion entre information et divertissement. C’est la mort du métier, le déshonneur du journaliste. On sait sortir des clous quand le sujet ou la chronique le demande, mais on sait revenir sur les rails quand il le faut. Ce qui est important, aussi, dans cette équipe, c’est tout ce que vous ne voyez pas à l’antenne, la cuisine interne… Parce que, une fois que l’on a trouvé la bonne idée, il faut la fabriquer !

Avez-vous quelques petites habitudes de matinaliers, une certaine discipline ?

Adeline : Je pense que je suis un contre-exemple ! (Rires) J’ai arrêté de fumer il y a cinq ans, mais j’ai longtemps été une magnifique matinalière qui clopait. J’ai du mal à être disciplinée en matière de sport et de sommeil. C’est un peu free-style ! Mais j’essaie…

Christophe : J’ai la chance d’avoir besoin de peu de sommeil, et surtout, je dors où je veux, quand je veux ! Puis, Adeline et moi avons, l’un et l’autre, un bon équilibre familial.

Adeline : Nous sommes tous les deux très heureux dans nos vies, et je pense que cela se voit à l’antenne.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi