Comment le premier confinement a fait émerger toute une série d'écrivains

·1 min de lecture

On le sait, les Français ont beaucoup lu pendant le premier confinement. Mais certains en ont profité pour passer du livre au clavier. On estime qu'un Français sur dix s'est ainsi mis à écrire pendant cette période. Il faut dire que cette parenthèse offrait tout ce qu'il fallait, à commencer par du temps. C'est donc presque mécaniquement que de nouveaux auteurs commencent à émerger de la crise sanitaire.

Parmi eux, Gaëlle Fonlupt, magistrate quadragénaire de Montpellier, qui a profité du confinement pour ressortir d'un tiroir un roman qu'elle essayait d'écrire depuis longtemps. "L'écriture est quelque chose que je faisais en dilettante, mais que je n'avais jamais entièrement réalisé", confie-t-elle au micro d'Europe 1.

>> EN DIRECT - Suivez l'évolution de la situation jeudi 11 février

"L'écriture est quelque chose que je faisais en dilettante"

Mais avec le confinement, celle qui s'était "toujours arrêtée" sur le pas de la porte a eu l'occasion de "reprendre [son] manuscrit, d'aller jusqu'au bout, le finir, le retravailler, et sauter le pas de la publication". Gaëlle Fonlupt a donc pu publier son roman, Elle voulait vivre dans un tableau de Chagall, aux éditions d'Avallon.

Mais les heureux élus qui arrivent à passer l'étape de la publication sont peu nombreux, malgré une forte augmentation des manuscrits reçus par les maisons d'édition. Alexandrine Duhin est directrice éditoriale aux éditions Fayard et Mazarine : elle en a reçu 25% de plus que d’habitude. "À mon retour ch...


Lire la suite sur Europe1