Prendre de la bouteille, avoir la dalle... D'où viennent ces expressions culinaires ?

·1 min de lecture

On n'y pense peut-être pas, mais beaucoup d'expressions de la langue française utilisent le champ lexical de la nourriture. Prendre de la bouteille, mettre son grain de sel... Auteure de 150 drôles d'expressions de la cuisine qui ne manquent pas de sel (Le Robert) avec la participation d'Yves Camdeborde, Marcelle Ratafia revient, dans l'émission La table des bons vivants, sur l'origine de certaines expressions entrées dans le langage courant. "L'argot est très inspiré par la violence, l'argent, mais aussi la nourriture", souligne-t-elle sur Europe 1.

>> Réécoutez La table des bons vivants en podcast ou en replay ici

Poulets, bœufs carottes... la police très représentée

L'univers policier compte beaucoup d'expressions autour de la nourriture. Par exemple, la maison Poulaga sert à désigner le 36, quai des Orfèvres, où se situe la police judiciaire à Paris. "Avant, c'était le marché à la volaille, où l'on vendait des poulets", explique Marcelle Ratafia.

L'auteure évoque également d'autres expressions comme le panier à salade, "qui secoue ses invités comme des feuilles de salade, ou encore les salades que l'on raconte pour désigner des mensonges. On dit aussi 'être bon comme la romaine', qui veut dire qu'on est aussi tendre qu'une feuille de laitue et qu'on va se faire pincer", raconte l'écrivaine. Enfin, les bœufs carottes peuvent s'appliquer aux policiers qui font "mijoter" leurs prévenus.

Le vin et la sauce : deux thèmes qui ont inspiré

Le vin n'est pas non plus avare côté...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles