Prendre le pouls : au poignet, au cou, au pied... comment réaliser ce geste indispensable ?

Le dictionnaire médical de l’Académie de médecine en donne la définition suivante : “Perception sensorielle des battements systoliques des artères périphériques, permettant de mesurer la fréquence cardiaque, de vérifier sa régularité et d'apprécier la qualité de l'onde systolique en l'absence d'obstacle artériel d'amont.”

Attention le poul est différent de la fréquence cardiaque qui est le nombre de contractions des ventricules. Le pouls est la mesure palpatoire des pulsations du sang contre les parois des artères.

La prise de pouls peut viser deux objectifs. Le premier est l'évaluation de l'état hémodynamique, c’est à dire la vérification de la bonne circulation sanguine (bon flux, vitesse), le deuxième est l’évaluation de la perméabilité circulatoire. Il donne de précieuses indications sur l'état du flux sanguin et des informations contribuant à l'établissement d'un diagnostic médical : le pouls fait partie des paramètres vitaux, avec la conscience, la pression artérielle, la respiration ou encore la température.

Prendre le pouls reste le moyen le plus simple d’évaluer le rythme cardiaque. Il se mesure seulement à l’aide de deux doigts de la main et d’une montre ou d’un chronomètre. Une tachycardie ou une bradycardie peuvent être décelées par ce geste simple. Il peut aussi être utile de vérifier cette mesure chez une personne victime d’un malaise, à la suite d’un traumatisme, d’une chute, d’un choc.

Le pouls peut se mesurer à différents moments de la journée, par exemple le matin, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles