Prendre ses repas la nuit favoriserait l'apparition de symptômes dépressifs et anxieux

© KatarzynaBialasiewicz / Christophe Lehenaff - Getty

Selon les données de Santé Publique France, 16,3% de la population active française travaille de nuit.

"En 2016 une large expertise de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a conclu qu’une situation de décalage horaire chronique est un facteur de risque avéré de somnolence, de troubles du sommeil et de survenue du syndrome métabolique, et un facteur de risque probable de cancer, de troubles de la santé psychique, d’obésité et de surpoids, de diabète de type 2, et de maladies coronariennes (infarctus)", rappelle l'Inserm.

Désormais, les chercheurs s'intéressent au "décalage alimentaire", provoqué par un rythme de vie en décalé. Une étude publiée dans la revue américaine PNAS le 12 septembre 2022, argue ainsi que le moment de la prise des repas peut affecter la santé mentale notamment les niveaux d'humeur liés à la dépression et à l'anxiété.

"Nos résultats démontrent que le moment de la prise alimentaire constitue une nouvelle stratégie pour minimiser la vulnérabilité de l'humeur chez les personnes souffrant d'un...


Lire la suite

Plus de "Santé" :