Le prince Albert : cette sombre affaire d'héritage qui l'occupe en secret depuis 10 ans

·2 min de lecture

Ce 26 août, nos confrères de l'Obs révèlent l'existence d'une affaire de gros sous inédite, dans laquelle le prince Albert affronte devant les tribunaux depuis maintenant 10 ans la veuve d'un riche américain...

Il vient tout juste de retrouver sa femme, Charlene de Monaco, retenue en Afrique du Sud depuis 5 mois, et on apprend ce 26 août, que le prince Albert a, en parallèle des soucis judiciaires pour le moins embarrassants...

Une guerre d'héritage

Selon l'enquête de l'Obs, il affronterait depuis 10 ans devant les tribunaux une ex professeure de yoga de 68 ans, qui est accessoirement la veuve d'un riche américain, nommé Kellogg Smith. Ce dernier, qui est mort en 2011 à Monaco n'a pas laissé d'héritier. Il a par contre laissé pas moins de deux testaments très différents, qui ont été retrouvés après sa mort.

Le premier, manuscrit (il date du 25 juin 2005), désigne Albert de Monaco comme héritier. Une pratique qui serait courante sur le Rocher, explique l'avocat du prince, Me Jean-Marie Tomasi, qui précise que les fortunes données sont ensuite reversées à des fondations. Le second testament (il date du 29 août 2005), établit chez un notaire, désigne la veuve de Kellogg Smith comme héritière à un tiers (avec deux tiers destinés aux charités).

Puisqu'on ne sait pas à quel document se fier, les deux partis sont entrés en litige et se disputent aujourd'hui un patrimoine estimé à 3,5 millions d'euros. Un imbroglio qui a fait l'objet d'une négociation à l'amiable (qui a capoté) et qui a été porté devant les cours d'appel et de Cassation, qui ont prononcé des jugements qui se contredisent. A ce jour, l'affaire n'a toujours pas de...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles