Prince Harry : ce cadeau d’anniversaire très étrange offert à son père Charles

C’est bien connu : avant de se ranger et de devenir un mari et un père modèle (ou presque) au côté de l'ex-actrice Meghan Markle, le prince Harry a toujours été considéré, dans la famille royale, comme un petit rebelle. Impossible de compter les frasques et les polémiques tant elles furent nombreuses durant la jeunesse du fils de Charles et Diana. Vendredi 29 novembre 2019, le Daily Express révélait ainsi une vieille (mais croustillante) anecdote à son sujet, qui rappellera à tout le monde le côté fripon du jeune garçon. Une anecdote tirée de la biographie écrite par Angela Levin, spécialiste des têtes couronnées britanniques et autrice du livre Harry : Conversations avec le Prince, publié en 2018.

L’histoire remonte à la fin du mois de juillet 1998, alors qu’Harry (14 ans) et William (16 ans) décident d’organiser un anniversaire à leur père Charles pour célébrer comme il se doit ses 50 ans. Jusque-là, tout va bien. “Charles était très touché que ses fils se soient donnés tant de mal et plus particulièrement qu’ils aient invité Camilla, qui était très bien placée”, écrit d’abord Angela Levin. Le contexte est en effet particulier : Lady Di est morte dans un tragique accident de voiture à Paris seulement un an avant.

⋙ Le prince Harry fond en larmes en évoquant sa nouvelle vie de jeune papa

Problème, donc ? Les idées farfelues du prince Harry... Et ses pitreries. “La seule source d’embarras est venue du fait que les princes Harry et William ont mis en scène un remake du film Full Monty”, poursuit Angela Levin. Avec, bien sûr, un strip-tease. “Harry, qui n’avait que 14 ans, aurait été si saoul qu’il n’a pas seulement retiré quelques vêtements comme prévu mais s’est déshabillé entièrement et a couru tout nu devant les invités”, ajoute l’autrice. L'un des invités aurait même confié à la spécialiste : “Charles était visiblement choqué. Il est devenu cramoisi mais il a plus tard prétendu qu’il s’agissait juste de blagues potaches d’adolescents et que lui-même avait fait à peu

(...) Cliquez ici pour voir la suite