Prince Harry : le coronavirus pourrait l'obliger à rentrer au Royaume-Uni

La pandémie de coronavirus chamboule l’organisation de la monarchie britannique. À 93 ans, la reine Elizabeth II est fragile face au COVID-19. Selon les informations du Daily Mail, la monarque s’est rendue, jeudi 19 mars, au château de Windsor, où elle restera confinée pendant les vacances de Pâques avec son époux, le prince Philip. Âgé de 71 ans, le prince Charles a quant à lui reporté ses voyages officiels en conformité avec le plan d’action du gouvernement. Face à de telles circonstances, le prince William pourrait donc être tenu de fournir une "présence physique" de la Couronne ces prochains mois.

Comme l’explique le biographe Nigel Cawthorne, le prince William devrait agir en tant que "substitut de la reine" jusqu’à ce que la pandémie ne se résorbe. "Il doit y avoir une présence physique de la monarchie, pas seulement virtuelle. Il est troisième dans l’ordre de succession au trône et en bonne santé comme son frère. Le coronavirus est peu susceptible d’être une menace sérieuse pour lui, sa femme ou ses enfants", déclaré l’auteur de Call me Diana : Princess Diana on herself dans les colonnes du Daily Mail.

Le prince Harry de retour au Royaume-Uni ?

Dans l’éventualité où Kate Middleton tombait enceinte dans les mois à venir, la Couronne pourrait appeler le prince Harry à la rescousse. Et ce, malgré son récent retrait de la famille royale. "Je suis sûr qu’il reviendrait et serait ravi d’apporter son aide. Il ferait n’importe quoi pour protéger son père et sa grand-mère", affirme l’expert des têtes couronnées. Mais encore faudrait-il que le duc de Sussex, réfugié au Canada avec sa femme Meghan Markle et leur fils Archie, puisse se rendre de l’autre côté de l’Atlantique.

À en croire une source citée par The Mirror, le prince Harry serait mort d’inquiétude à l’idée de ne pas revoir ses grands-parents. Soulagé d’avoir pu leur rendre visite avant que "toute cette folie ne commence", le jeune papa aurait demandé à ses aînés de "rester en sécurité" et de "prendre des précautions

(...) Cliquez ici pour voir la suite