Le prince Harry en thérapie grâce à Meghan Markle ? On l'accuse de "réécrire l'histoire"

·2 min de lecture

Le 7 mars dernier, Meghan Markle affirmait qu'elle avait été empêchée de suivre une thérapie par la Couronne... Un témoignage qui vient d'être remis en question, tandis que le prince Harry s'ouvre sur la sienne dans un documentaire.

"Je ne voulais tout simplement plus être en vie. Et c’étaient des pensées constantes, terrifiantes, réelles et très claires". C'est ainsi que Meghan Markle s'est confiée à Oprah Winfrey, le 7 mars dernier, sur ses envies de suicide qui l'ont menée à quitter la famille royale et Londres, en 2020.

La thérapie du prince Harry soulève des questions

L'ex actrice devenue duchesse, désormais installée en Californie avait à l'époque raconté comment elle avait demandé de l'aide aux ressources humaines, à Buckingham Palace, et avait trouvé porte close. Elle qui souhaitait pourtant parler à un spécialiste de ses troubles mentaux, avait assuré qu'on lui avait dit qu'elle ne pouvait pas, "que ce ne serait pas bon pour l’institution".

Des déclarations pour le moins troublantes, quand on sait que la reine, elle-même, et sa soeur, la princesse Margaret, avaient toutes les deux fait appel à de tels professionels de la santé aupravant. Et ce 21 mai, alors que le prince Harry a sorti un docu-série sur la santé mentale, sur Apple TV+, on a découvert le pot aux roses...

En effet, dans "The me you can't see", le papa d'Archie explique qu'il s'est décidé à consulter au début de sa relation avec Meghan Markle, et sur ses conseils. Parce qu'il se mettait souvent "en colère", il a consenti à se rendre chez un thérapeute, terrifié à l'idée de perdre celle avec qui il prévoyait de passer sa vie.

La chasse au mensonge continue

Une...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles