Le prince, le paysan et la cité ensevelie : l'incroyable histoire de la découverte de Pompéi

Un bloc de marbre trouvé lors du creusement d'un puits, et c'est le début d'une chasse aux trésors... Avant que le premier chantier archéologique de l'histoire ne ressuscite Pompéi la somptueuse, oubliée depuis des siècles.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - Les Indispensables n°206, daté juillet/ septembre 2021.

"Les siècles futurs pourront-ils croire, quand les moissons repousseront et qu'enfin reverdiront ces déserts, que des villes et des populations sont englouties sous leurs pieds et que les campagnes de leurs ancêtres ont disparu sous une mer de feu ?", se demandait le poète latin Stace, une quinzaine d'années après l'éruption du Vésuve qui, en 79, figea Pompéi sous les lapilli et les cendres. Il n'imaginait pas que la cité de Campanie, brutalement effacée de la carte, disparue des mémoires, ne resurgirait que… dix-sept siècles plus tard, donnant naissance au premier grand chantier archéologique de l'histoire. Sans les labours de paysans locaux exhumant ses vestiges, sans l'ambition des têtes couronnées du siècle avides d'antiquités, Pompéi aurait pu rester enfouie quelques centaines d'années de plus. Son nom même s'était perdu. Au point qu'en 1592, lorsque l'architecte Domenico Fontana construit un canal pour amener l'eau du fleuve Sarno à la ville côtière de Torre Annunziata, il creuse à côté de l'amphithéâtre de la cité sans même s'en apercevoir !

Et la découverte d'une inscription mentionnant un décurion de Pompéi ne provoque aucune réaction. "Incroyable, quand on y réfléchit ! s'étonne encore William Van Andringa, directeur d'études à l'École pratique des hautes études, qui fouille depuis vingt ans les nécropoles de Pompéi. C'est le nom de Pompée qui vient à l'esprit des ingénieurs quand ils découvrent l'inscription ! Pensez que ce canal traverse la cité antique. La science qui permet d'identifier les vestiges n'est pas encore née." La verdure reprend ses droits, seul le nom de la colline, Civita, évoque la cité.

En 1748, l'ingénieur Alcubierre prélève peintures et mosaïques… puis remblaie !

La seconde vie de Pompéi va commencer par hasard grâce à Herculanum, la ville voisine ensevelie elle aussi par le volcan. Et au duc d'Elbeuf qui, en 1710, en quête de[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi