Prisons : les détenus étrangers en France ont besoin d'interprètes de qualité

Dans un avis publié au Journal Officiel, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) réclame un meilleur accès aux interprètes pour les détenus étrangers qui ne maîtrisent pas le français.

Dominique Simonnot, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) lance un appel pour les détenus étrangers. « Les personnes enfermées sont fréquemment exposées à des difficultés pour appréhender correctement leur situation, qu’elle soit judiciaire, médicale ou administrative », a-t-elle constaté dans un avis remis au gouvernement le 11 février dernier.

Pour que chaque personne puisse exercer ses droits, « maintenir des liens avec ses proches, exercer sa défense ou encore accéder à des soins, il est indispensable que les règles posées par l’administration soient comprises » ajoute-t-elle.

Or, la CGLPL est régulièrement informée « de situations dans lesquelles les traductions au profit des personnes étrangères sont réalisées sur le vif, par des agents ou d’autres personnes privées de liberté ». Des traductions jugées « bancales », même si Dominique Simonnot reconnaît qu’elles sont « pratiques pour la gestion de situations urgentes ».

Fidélité des informations

Ces traductions amateures ne permettent pas de « garantir la fidélité des informations transmises, pas plus que la sécurité des personnes concernées » déplore la CGLPL. Elle souligne que « même lorsque l’interprète est présent, les traductions offertes souffrent d’une qualité trop souvent médiocre », avec parfois des conséquences dramatiques sur les vies des détenues.

Il y a une « nécessité impérieuse d’avoir recours à des...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles