Le prix exorbitant d’une caisse de cent mandarines au Japon

Cyprien Tardieu
·2 min de lecture
Le prix exorbitant d’une caisse de cent mandarines au Japon
Le prix exorbitant d’une caisse de cent mandarines au Japon

Une caisse de 20 kilos de mandarines vient d’être vendue aux enchères pour plus de 8 000 euros.

Tous ceux qui ont mis les pieds au Japon au moins une fois le savent bien : les fruits et légumes y sont hors de prix car souvent considérés comme des produits de luxe. La vente aux enchères qui vient d’avoir lieu à l’Ota Market, le marché de gros de Tokyo, nous conforte dans cette idée. Tenez-vous bien, une caisse de 20 kilos de mandarines a été adjugée pour la somme de 9 600 dollars (8 000 euros), relate CNN.

Quel secret recèle ces mandarines vendues à 80 euros l’unité tout de même ? Il s’agit d’une variété d’exception nommée mikan réputées pour “leur équilibre de saveurs riches et sucrées, leur peau fine facile à peler ainsi que leur texture fondante dans la bouche”, dixit CNN.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir toutes les infos utiles pour votre quotidien

La pandémie n’a pas refroidi les acheteurs

Cette variété bien particulière et très recherchée n’est produite que par une centaine d’agriculteurs dans la préfecture d’Ehime, au Japon. Habituellement, une caisse de 10 kilos se vend plutôt aux alentours de 75 dollars (63 euros). “C’est une mandarine qui est cultivée avec les soi-disant trois soleils, a expliqué Shin Asai, responsable du département des ventes de la maison d’enchères, à CNN. Le soleil réel, la lumière réfléchie par la mer et la lumière réfléchie par les murs de pierre des champs”.

La récente enchère a été célébrée à l'occasion du début de la saison des mikan au Japon. "Étant donné que la qualité du fruit est, chaque année, évaluée lors de la première vente aux enchères, cela affectera grandement les ventes ultérieures", précise Shin Asai.

L’année dernière déjà, cette douceur de l’hiver s’était envolée au niveau des tarifs. Toutefois, en raison de la pandémie de Covid-19, certains professionnels du secteur doutaient de la capacité des acheteurs à mettre un tel prix cette année. Visiblement, ils ont eu tort.

Ce contenu peut également vous intéresser :