« Le prix Goncourt des détenus aidera à faire baisser la violence», assure la ministre de la Culture

© Europe 1

Éric Dupond-Moretti et Roselyne Bachelot-Narquin, respectivement ministre de la Justice et ancienne ministre de la Culture, avaient signé le 14 mars le nouveau protocole culture/justice et avaient instauré à cette occasion un prix Goncourt des détenus. Avec ce nouveau protocole, les deux ministères entendent "renforcer l’accès de la population pénale aux différentes formes de pratiques culturelles" et réaffirmer le rôle de la culture dans le dispositif de réinsertion des détenus. Rima Abdul Malak, la nouvelle ministre de la Culture, a repris le flambeau de ce projet.

"On va faire de plus en plus de lectures en prison"

"Nous lançons avec le garde des Sceaux un Goncourt des détenus avec le Centre national des livres", a-t-elle ainsi rappelé au micro de Philippe Vandel. "On va pouvoir avoir un prix littéraire qui sera choisi par les détenus. Et donc, on va faire de plus en plus de lectures en prison, de rencontres avec des auteurs".

 

>> Retrouvez les journaux des médias tous les matins à 9h10 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

 

Le gagnant du prix dévoilé le 15 décembre prochain

"Cette initiative vient rapprocher deux mondes considérés à tort comme éloignés, celui de la création littéraire et celui de l’univers carcéral", avait déclaré l'ancienne ministre de la Culture auprès de l’AFP à propos de ce nouveau prix littéraire, soulignant les liens étroits entre certains "chefs-d'œuvre de la littérature et le drame de la détention". De son côté, le Centre nation...


Lire la suite sur Europe1