Prix Villégiature 2019 : la crème de l’hôtellerie sur le podium

Servi par un jury international de 23 journalistes de presse écrite, télé et radio, le palmarès 2019 distingue des hôtels spectaculaires mais aussi des établissements à taille humaine, indépendants ou familiaux. Un retour aux racines de l’hospitalité.

Ils ont en commun la passion de l’info et l’amour du bien vivre. Ils viennent des quatre coins du monde et exercent à Paris le métier de reporter, correspondant, free-lance pour de grands médias. Dans ce jury cosmopolite du Prix Villégiature, on compte des personnalités très attachantes – et quelques forts en gueule (!) – et parmi eux : un Palestinien, une Australienne, un Britannique, une Brésilienne, un Taïwanais, une Japonaise, une Allemande et quelques Français dont Nelson Montfort, de France TV et Anne-Laure Le Gall, journaliste à Paris Match. Paolo Levi, de l’agence italienne Ansa, a rejoint cette année le casting. La joyeuse bande d’épicuriens très appliqués et studieux quand les circonstances l’exigent, teste et passe au crible – depuis 17 ans pour les vétérans, des dizaines d’établissements candidats en Europe, Afrique et Asie. Les récompenses attribuées saluent le service, le design, l’atmosphère, les piscines, terrasses et meilleurs restaurants… Et même les plus belles salles de bains !

La grande soirée de remise des 17èmes Prix Villégiature s’est tenue dans l’écrin prestigieux du château de Ferrières, non loin de Paris, réunissant tous ceux qui comptent dans l’univers feutré de l’hôtellerie de luxe internationale, représentants de l’art de vivre et de recevoir. Directeurs et propriétaires des belles maisons en compétition étaient venus de très loin pour certains, d’Asie, d’Afrique et d’Europe pour célébrer avec fairplay les meilleurs d’entre eux. Le parterre de pros a assisté, sous l’œil coquin de Chantal Thomass, à la proclamation des résultats, après un buffet cocktail préparé par les élèves de l’école hôtelière Ferrières, arrosé de champagne Ruinart, qui soutient l’événement. Des représentants des(...)


Lire la suite sur Paris Match