Procès du drame de Millas : le père d’Ophélia, morte à 6 ans, sort du silence

EKATERINA BOLOVTSOVA - PEXELS

C’était il y a bientôt cinq ans. Le 14 décembre 2017, un bus scolaire et un TER entrent en collision, à un passage à niveau, à Millas, près de Perpignan (Pyrénées-Orientales). L’accident causera la mort de six collégiens, et dix-sept autres blessés avec des ITT allant de 2 à 180 jours. Lundi 19 septembre 2022, à Marseille, s’ouvre le procès autour de ce drame. De son côté, la conductrice du car, qui assure, depuis ses premières auditions, que les barrières du passage à niveau étaient ouvertes. Ce procès est déjà jugé comme hors norme : 123 parties civiles. Les familles des enfants présents dans le car scolaire attendent ce procès. C’est le cas, notamment, de Stéphan Mathieu, le papa d’Ophélia, décédée à 14 ans. Lundi 19 septembre 2022, il s’est confié dans les colonnes de Midi Libre. "On n'a plus de projets. On a essayé, à une époque. On n'y arrive plus. Beaucoup de choses flottent", déclare alors le père de famille. De son côté, le témoignage de Stéphan Mathieu est attendu pour le 27 septembre 2022. "Je vais dire ce que j'ai sur le cœur, j'ai mis deux mois à écrire ce texte. Je parle beaucoup d'Ophélia, de la soirée de l'accident, des expertises, des assurances, de ma culpabilité...", résume-t-il.

Depuis plus de 4 ans et demi, les familles des victimes attendent ce procès. Stéphan Mathieu, le papa d’Ophélia, décédée à 14 ans suite à l’accident du passage à niveau de Millas, dresse un fébrile premier constat de ce procès. "Le procès ne changera rien, mais on était quand même impatient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite