Procès de l’attentat de Nice: la défense de Chokri Chafroud nie une dernière fois son implication

AP - Francois Mori

Pour les dernières plaidoiries de la défense au procès de l’attentat de Nice, la cour a entendu ce vendredi 9 décembre les conseils de Chokri Chafroud, ami du tueur de la Promenade des Anglais. Si le parquet a requis 15 ans, ses avocats on plaidé l'acquittement dû au « vide » du dossier.

Avec notre envoyée spéciale au palais de justice de Paris, Laura Martel

Contre ce tunisien de 43 ans, ami du tueur de la Promenade des Anglais, le parquet a requis 15 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste. Ses avocats ont plaidé l’acquittement.

Tel un canon à deux voix, leur tonalité diffère, mais le message est le même : « Il faut acquitter Chokri Chafroud ». Avec fougue et conviction, ses avocats s’affairent à démontrer ce qu'ils considèrent le vide du dossier. D’une éventuelle recherche d’arme, que rien n’étaye, à ce passage sur la Promenade des Anglais à bord du camion, dont les enquêteurs disent eux-mêmes que « ce n’était pas un repérage » rappellent les conseils.

Mais Chorki Chafroud devait-il « être devin d’une radicalisation dont on n’est même pas sûr et que les autres membres de l’entourage n’ont pas vue non plus ? », s’insurge Me Arnou. Les deux conseils estiment que le tueur était « fou », mais « c’est n’est qu’une opinion », pointe Me François-Jacquemin. Et « ce n’est pas pour ça que nous demandons l’acquittement », mais parce que « Chokri est en détention depuis 6 ans, parce que l’autre a écrit un truc faux ! »


Lire la suite sur RFI