Le producteur de "The Handmaid's Tale" réagit à la décision cataclysmique de la Cour suprême

L'annonce a créé une déflagration, fait l'effet d'un coup de tonnerre. La Cour suprême américaine a décidé de revenir sur l'arrêt emblématique et historique Roe Vs Wade qui reconnaît depuis 1973 le droit à l'avortement aux Etats-Unis. Ainsi, depuis ce vendredi 24 juin bien sombre, chaque Etat est en droit d'interdire ou pas l'IVG. Plusieurs Etats comme le Missouri, l'Oklahoma ou l'Arkansas ont sauté sur l'occasion pour immédiatement inscrire dans la loi de nouveaux textes restreignant l'accès à l'interruption volontaire de grossesse.

Cette restriction des droits des femmes, qui ramène les Etats-Unis à la période des années 70, a laissé le monde entier sonné. Une réalité cauchemardesque qui n'est pas sans rappeler la dystopie de Margaret Atwoord, La servante écarlate (The Handmaid's Tale en VO). Dans ce roman écrit en 1985, dont Hulu a signé une adaptation très réussie en série, les droits reproductifs des femmes sont supprimés dans un État totalitaire, la République de Gilead.

Alors que ce show d'une modernité folle avait été lancé en avril 2017, juste après l'élection de Donald Trump, le costume rouge et blanc des servantes est rapidement devenu un symbole de résistance tandis que l'administration et les Etats conservateurs commençaient à s'attaquer brutalement au droit à l'avortement. Aujourd'hui, la réalité rejoint la fiction et l'un des producteurs exécutifs de The Handmaid's Tale, Warren Littlefield, n'a pas manqué de réagir...

Lire la suite


À lire aussi

"La décision de la Cour suprême fragilisera le droit à l'avortement dans le monde entier"
Aux Etats-Unis, elles revendiquent leur droit au topless face à la Cour suprême
La Cour suprême "made in Trump" s'attaquera au droit à l'IVG : faut-il craindre le pire ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles