Le produit au fluor, utilisé pour farter les skis, serait gravement toxique

·1 min de lecture

Pour aller plus vite, glisser mieux, on traite les skis, on dit que les "farte". La technique n'est pas nouvelle, on a toujours utilisé toutes sortes de recettes : graisses animales, cire d'abeille, paraffine... Mais depuis les années 1980, c'est un produit chimique, bien plus redoutable qui a pris la place de ces méthodes de grand-mère, des perfluorées aussi appelées PFAS. Ils sont décrits comme un produit magique, qui faciliterait la glisse de manière exponentielle. Mais ces produits sont toxiques, alerte l'Equipe dans une longue enquête sur le sujet.

Fièvre, baisse des capacités respiratoires, AVC

Le journal commence son récit avec un événement, survenu en 2010, à Chamonix. Pendant la coupe de France de snowboard, trois employés de l'Ecole du ski français sont admis aux urgences avec une forte fièvre. Ils ont l'air d'avoir été empoisonnés. Et pour cause, dans la journée, ils ont farté des skis dans une chambre d'hôtel non aérée, avec un produit norvégien (du fluor, particulièrement pur), en fumant du cannabis. Le médecin en déduit qu'ils souffrent d'une "fièvre des polymères" note l'Equipe.

Largement utilisées en station, y compris en France, les poudres fluorées entraîneraient d'autres effets néfastes. Le champion Olivier Rives qui traite des centaines de paires de ski chaque hiver, à l'aide de ces substances, a développé des problèmes respiratoires à répétition, en plus de ces fièvres. Au point de voir ses capacités respiratoires (...)

Lire la suite sur Topsante.com

DIRECT Covid-19 en France ce 12 novembre : chiffres, annonces
Lotion pour l’acné : les produits les plus efficaces
Un cas de brucellose détecté en Haute Savoie
6 conseils pour prendre soin de votre foie
3e dose vaccin Covid : obligatoire dès le 15 décembre dans le pass sanitaire, pour qui ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles