Produits chimiques dans le vagin : possiblement responsables de naissances prématurées

Certains prélèvements vaginaux peuvent expliquer ou du moins induire des pistes d’explications sur les raisons d’accouchement prématurés (source 1). Des chercheurs du Columbia University Vagelos College of Physicians and Surgeons affirment que des prélèvements vaginaux pourraient aider les médecins. Leur étude publiée dans Nature Microbiology (source 2), menée sur 232 femmes enceintes, indique que les produits chimiques accumulés dans le vagin, provenant de soins personnels, ont un rôle dans un possible accouchement prématuré spontané.

« Nous devons examiner de plus près si les expositions environnementales courantes causent en fait des naissances prématurées et, si c'est le cas, d'où proviennent ces expositions. », explique le co-responsable de l'étude, le Pr Tal Korem.

Le lien entre micro-organismes présents dans le microbiote vaginal et risque d’accouchements prématurés peut maintenant être établi. Les scientifiques ont observés le métabolome, qui correspond à l’ensemble complet de petites molécules trouvées dans une niche biologique particulière. Avec cette technique, les chercheurs ont mesuré 700 métabolites différentes dans le...

Lire la suite