« Projet Gea » : des tatouages pour surmonter les fausses couches

·1 min de lecture

Ares Alma, tatoueuse et illustratrice, offre des tatouages pour aider les familles qui font face à ce deuil.  

« D’une certaine manière, la porter physiquement sur moi m’a guérie. » Ares Alma est tatoueuse et illustratrice. Elle a perdu sa fille lors d’une fausse couche. Avec son compagnon, elle a décidé de faire tatouer son poignet, en l'honneur de Gea. « Autour de mon poignet, j’ai les poissons qui représentent la famille que nous avons créée. Et quand j’ai ajouté le petit poisson qui la représente, ça m’a apporté énormément de paix », raconte Ares Alma à notre partenaire Brut. C’est comme ça que la jeune femme a eu l’idée d’offrir cette « expérience de guérison » à d’autres familles.  

Lire aussi >> Fausses couches, vrais deuils 

« Je sais qu’elle est avec moi » 

Ainsi, avec son « projet Gea », Ares Alma offre des tatouages qui rappellent leurs bébés aux familles en deuil. « Le tatouage en lui-même ne guérit pas, mais il aide beaucoup dans le processus de deuil. Pour nous, l’avoir sur la peau, c’est comme crier haut et fort que notre enfant existe et que nous la portons toujours avec nous. Chaque fois que je vois le poisson de Gea, je souris, car je sais qu’elle est avec moi », affirme l’illustratrice.  

Ares Alma souhaiterait également lever le tabou lié aux fausses couches. « Chaque fois qu’une famille se trouve face à une situation aussi horrible que l’interruption précoce de la grossesse, la première chose qu’elle me dit est : “On ne parle pas de ce sujet.” En réalité, si, on en parle. Nous...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles