Les propos choc de Meghan Markle : cet “environnement toxique” auquel Archie a échappé en quittant la famille royale

"C'était la meilleure chose qui puisse arriver à Harry." Meghan Markle ne passe pas par quatre chemins lorsqu'il s'agit d'évoquer la récente rupture (à l'amiable, ou presque) d'avec la famille royale britannique. C'est en tout cas ce qu’aurait dit la mère d’Archie, - l’enfant qu’elle a eu avec le prince Harry -, à ses proches, selon les informations du Daily Mail publiées mardi 21 janvier 2020. Pour l'actrice de Suits, c'est l'amour qu'elle lui porte qui aurait "rendu cela possible." Un "ami" explique au média d'outre-Manche : "Elle a dit que, comme pour elle, son esprit était écrasé et qu'elle ne pouvait plus supporter de le voir souffrir." La meilleure solution pour elle et pour Harry... Mais aussi pour Archie ? Partir. "Elle sentait qu’il s’agissait d’un environnement toxique pour [Archie] parce qu’il y avait trop de tensions et de frustrations refoulées." De quoi faire plaisir à Elizabeth II… Selon une source proche, Meghan et Harry ne comptent pas pour autant retirer le terme "royal" de leur site internet, SussexRoyal.com. "Ils sont toujours considérés comme duc et duchesse de Sussex", précise cette même source. Sur la page d'accueil, on peut d'ailleurs lire qu'il s'agit-là du "site officiel du duc et de la duchesse de Sussex." En dessous de l'onglet "Supporting community" ("Engagement auprès de la communauté") on peut lire "Serving the Monarchy" ("Au service de la Monarchie").

⋙ Meghan et Harry : même au Canada, le conflit avec les paparazzis continue

"Après plusieurs mois de réflexion et de discussions en interne, nous avons décidé d'engager cette année une transition […] Nous voulons prendre du recul en tant que membres senior de la famille royale et travailler pour être financièrement indépendants, tout en continuant de soutenir pleinement Sa Majesté la Reine", a déclaré le couple le 18 janvier par le biais d'un communiqué publié sur leur site et sur les réseaux sociaux. "Nous prévoyons d'organiser notre temps entre le Royaume-Uni et l'Amérique du Nord, en continuant

(...) Cliquez ici pour voir la suite