Protégés par des virus du passé, un chromosome X "égoïste" ou encore la régulation de la pêche aux requins : l’actu des sciences en ultrabrèves

MEHAU KULYK / MKU / SCIENCE PHOTO LIBRARY VIA AFP

Au sommaire des ultrabrèves du 28 novembre 2022 : de nouvelles pistes pour des traitement antiviraux, un chromosome X "égoïste" qui pourrait être responsable de l’infertilité masculine ou encore une plus grande protection pour de nombreuses espèces de requins.

L'actualité scientifique du 28 novembre 2022 c'est :

En santé : Comment les virus du passé nous protègent des virus actuels

  • Les 10% de nos gènes d’origine virale pourraient nous permettre de lutter contre des infections de virus. Ils constitueraient de nouvelles pistes vers des traitements antiviraux inédits.

  • Pour explorer cette piste, des chercheurs de l’Université de Cornell (États-Unis) ont étudié le génome humain pour y détecter des restes génétiques viraux. Ils ont identifié 1.507 bouts de séquences qui codent pour une protéine.

  • Ainsi la supprésine est une protéine d’origine virale produite par le placenta. Elle empêche l’infection par des rétrovirus depuis environ 30 millions d’années.

En biologie cellulaire : Un chromosome X "égoïste" apparu il y a 50.000 ans chez l'humain pourrait mener à l'extinction de la population

  • La dispersion de notre espèce hors d’Afrique a commencé il y a 80.000 ans, et 30.000 ans plus tard, un nouveau chromosome X semble avoir été introduit chez les humains ayant quittés le continent.

  • Des chercheurs ont en effet découvert dans ce chromosome X des gènes "égoïstes" qui seraient capables de "tuer" les spermatozoïdes porteurs du chromosome Y.

  • Les études à venir devraient chercher à savoir si les régions du chromosome X identifiées sont liées à l'infertilité masculine.

En animaux marins : Protection des requins : décision "historique" au sommet sur les espèces menacées

  • La conférence sur le commerce international des espèces menacées, qui a pour but de poser un cadre juridique afin de limiter la surexploitation des espèces, a pris fin le 25 novembre 2022.

  • Les délégués de 183 Etats et de l'Union européenne ont décidé de réguler la pêche de 54 espèces de requins, groupe animal particulièrement menacé avec plus de 100 millions d’individus tués par an.

  • Cette 19e conférence a aussi permis de protéger des espèces de grenouilles, de tortues et a rejeté la reprise du commerce d'ivoire d'éléphant et de cornes de rhinocéros blanc.

En té[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi