Protection de l'enfance : quelles sont les nouvelles mesures pour lutter contre les violences sur mineurs ?

RUN 4 FFWPU

Les enfants sont au cœur des préoccupations du gouvernement. Pour le prouver, la Première ministre Élisabeth Borne a présidé un comité interministériel à l’Enfance, le 21 novembre. Le premier d’une longue liste puisqu’il devrait désormais se réunir deux fois par an sous l’égide de la secrétaire d’État à l’Enfance, Charlotte Caubel. Il sera “l’outil privilégié pour articuler et porter de manière transversale les chantiers prioritaires pour les enfants”. Cette première réunion a permis de prendre quelques premières mesures, comme le rapporte BFMTV.

Comme pour le crime organisé ou les atteintes à l’environnement, la protection de l’enfance aura droit dès début 2023 à un office central de police judiciaire. Plusieurs dizaines d’agents de police seront alors chargées de la lutte opérationnelle et stratégique contre la pédocriminalité en ligne et les violences physiques et sexuelles. La création de cet office avait déjà été annoncée en octobre dernier par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Afin de lutter contre les violences sexuelles sur mineur·es, et notamment contre l’inceste, la suspension de l’autorité parentale et du droit de visite et d’hébergement quand un parent est définitivement condamné pour inceste sera prochainement inscrite dans la loi. Certaines associations de victimes déplorent cette règle de condamnation stricte, elles qui auraient préféré que la suspension soit effective dès le dépôt de plainte. Dans la même veine, tous·tes les professionnel·les et bénévoles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les jeunes trans sont 4 fois plus susceptibles de souffrir de troubles du sommeil, selon une étude
Les généralistes mis à contribution pour détecter les violences faites aux femmes
Violences économiques : l’association Solidarité Femmes crée une campagne choc pour alerter le grand public
Tinder s’associe au Gouvernement pour faire de la prévention contre les violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : comment réduire les coûts des procédures juridiques pour les victimes ?