Protection solaire : des mauvaises pratiques prises dès l’enfance

Une étude, dévoilée par Pierre Fabre le 12 mai, révèle que les enfants sont très souvent mal protégés face aux dangers du soleil. De quoi inquiéter, alors que le nombre de cancers de la peau augmente.

Le soleil fait enfin son retour, et avec lui, ses effets néfastes. Pierre Fabre a dévoilé les résultats de son étude SAFE (Sunscreen Assessment Family Experience) sur la protection solaire, à l’occasion du congrès de l’EADV Spring qui se tient en Slovénie du 12 au 14 mai 2022. Les chiffres de l’enquête, menée dans sept pays en été et pour laquelle 8 120 adultes ayant autorité sur des enfants ont été interrogés, sont édifiants. Si 64% des enfants sont protégés à chaque fois qu’ils sortent, cette protection n’est adéquate que chez 32,7% d’entre eux.

Lire aussi >> Une personne sur cinq aura un cancer de la peau au cours de sa vie, alertent des spécialistes

La fréquence d’application de crème ou d’huile solaire, toutes les deux heures les jours de plein soleil, n’est respectée que chez 18,5% des enfants. Une idée reçue a aussi la dent dure : une personne interrogée sur cinq pense que les nuages protègent du soleil. Par conséquent, seuls 10% des enfants bénéficient d’une application de protection solaire toutes les deux heures lorsque le ciel est couvert.

L’exposition pendant la petite enfance, « principale cause de la plupart des cancers de la peau »

Résultat : près d’un enfant sur trois (31,9%) a attrapé au moins un coup de soleil l’été dernier, et le nombre moyen de coups de soleil était de deux. Ce n’est pas faute de bonne volonté de la part des enfants, puisqu’ils sont plutôt bons élèves...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles