Protections hygiéniques : le gouvernement va expérimenter leur gratuité pour les femmes précaires

Tampons, serviettes hygiéniques, cup, culottes menstruelles … D’après une étude du Monde publiée en 2019, les produits hygiéniques représentent 5 % du budget des femmes les plus précaires.

Les députés Laëtitia Romeiro Dias (LREM) et Bénédicte Taurine (LFI), ont présenté un rapport parlementaire sur la question des menstruations. Il présente 47 recommandations dont une concernant le manque d’informations sur les règles, notamment dans les établissements scolaires. Les députés souhaitent donc que le cycle menstruel soit étudié dès la sixième, et qu’un site internet soit créé afin de donner "des informations ludiques et accessibles" pour tous les élèves .

Une requête prise au sérieux par le gouvernement, puisque Marlène Schiappa, secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes et Christelle Dubos, secrétaire d’État à la Solidarité, ont annoncé que le gouvernement allait, dès 2020, expérimenter la distribution de protections périodiques gratuites afin de réduire la précarité menstruelle chez les femmes sans domicile fixe. L’exécutif prévoit donc la mise en place de distributeurs de tampons et serviettes hygiéniques dans les lieux publics. Les femmes pourront y avoir accès à l’aide de cartes prépayées. Le gouvernement réfléchit également à délivrer gratuitement des protections hygiéniques dans les collèges et les lycées.

Le rapport demande aussi aux industriels des données plus claires sur la composition des protections hygiéniques, car elles peuvent provoquer des chocs toxiques, une infection causée par une souche de staphylocoque doré et favorisée par le port de protection hygiénique. Les députés demandent donc aux fabricants de préciser sur les emballages la présence possible de substances toxiques et d’y apposer un pictogramme pour expliquer les conditions d’utilisation.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :