“Providence” : Chevalrex entre ombre et lumière

Franck Vergeade
·1 min de lecture
© Polina Panassenko/Vietnam
© Polina Panassenko/Vietnam

Catapulte, Futurisme, Anti Slogan et désormais Providence. On peut dire que Rémy Poncet a le sens de la concision dans le titre mûrement choisi de ses albums. “J'aime bien l'idée d'avoir un mot en forme de métonymie pour résumer une collection de chansons”, explique-t-il par téléphone depuis Moscou, où il séjourne régulièrement avec sa femme russe.

Pour la première fois de sa discographie entamée en 2013, l'homme de Chevalrex se met en scène sur la pochette d'un disque où fleurent bon le sable chaud, les palmiers et la mer des Antilles, où Rémy et sa dulcinée eurent l'heur de séjourner à l'hiver 2020, avant que l'année tourne au vinaigre et s'assombrisse avec la pandémie. “Pendant longtemps, j’ai cherché le bon dosage, l’équilibre des pôles entre ombre et lumière”, reconnaît-il.

Un entremêlement de sentiments contraires

Lire la suite...