PSG : Arctos, un fonds d’investissement américain, veut entrer au capital du club

Le fonds d'investissement américain, Arctos, serait le mieux placé pour entrer au capital du Paris-Saint-Germain. Il pourrait le posséder à hauteur de 5 à 15 %, selon une information de CBS Sports et confirmée par Le Parisien.

Jusqu'ici détenu par Qatar Sports Investments (QSI), le PSG pourrait accueillir le fonds d'investissement afin de disposer de nouvelles liquidités mais aussi de valoriser le club. En novembre dernier, le propriétaire, Nasser Al-Khelaïfi, avait affirmé sa volonté d'ouvrir la vente d'un "petit pourcentage". "C'est aussi un moyen pour le club d'intégrer des personnes qui ont un autre réseau", éclaire Jean-François Brocard, dans les colonnes du Parisien. Selon le maître de conférences au Centre de Droit et d’Économie du Sport de Limoges (CEDS), les investisseurs d'Arctos "peuvent apporter leurs connaissances et leurs contacts pour développer le sponsoring, peser sur des matchs de préparation voire sur des projets de transfert".

Et la société américaine n'en est pas à son coup d'essai. D'après un article du Financial Times de janvier 2022, elle serait déjà propriétaire de seize franchises. Base-ball, hockey sur glace et NBA, le fonds d'investissement a également déjà investi dans le football grâce au club anglais de Liverpool. "Ils ne peuvent pas ignorer que le football est le sport le plus populaire de la planète, explique-t-il. À trois ans de la Coupe du monde, qui fera étape sur le territoire américain, ils s’offrent une visibilité et une notoriété supplémentaire", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : CAC 40, Airbus, Hermès, TotalEnergies, Danone… au programme de Momentum cette semaine
Railcoop, qui ambitionne un train quotidien Lyon-Bordeaux, a du mal à boucler son budget
Faillites de banques, spectre d’un défaut des Etats-Unis… “la planète fonce-t-elle vers une nouvelle crise ?”
Carrefour : le groupe ouvre les négociations pour céder plusieurs magasins au Brésil
Le pétrole plonge, l’Irak veut reprendre ses exportations vers la Turquie