PSG et Messi, un contrat secret à l’origine des excuses de l’Argentin

PSG et Messi, un contrat secret à l’origine des excuses de l’Argentin

Un mea culpa minutieusement préparé. Mardi dernier, le PSG suspend pendant deux semaines Lionel Messi pour s’être rendu en Arabie saoudite sans l’accord de son club, au lendemain de la défaite contre Lorient (1-3) et alors qu’un entraînement était prévu. Une sanction finalement écourtée pour bonne conduite. Mais surtout, le club parisien a apprécié une vidéo publiée vendredi dernier par Lionel Messi son compte Twitter. Un message dans lequel l’Argentin, en veste noire et chemise grise, demande pardon. "Je m’excuse auprès de mes coéquipiers et j’attends de savoir ce que le club veut faire de moi", a-t-il prononcé face à la caméra.

Lionel Messi mis à pied

Selon nos informations, le Paris Saint-Germain a mis à pied son joueur et lui a envoyé une convocation pour un entretien préalable à un licenciement. L’entourage de l’attaquant s’est alors activé très rapidement. Objectif pour eux : faire sauter la mise à pied du septuple Ballon d’or pour qu’il puisse reprendre les séances d’entraînement au Camp des Loges. Cependant, la lettre envoyée par les avocats du club était inattaquable. Donc difficile pour les avocats du joueur de la contester. Pendant une semaine, il ne s’entraînera pas et va manquer le déplacement à Troyes (victoire 3-1 du PSG). Sur l’entretien préalable à un licenciement, le club reprochait à Messi, dans un courrier, "son absence à l’entraînement du 1er mai mais aussi divers manquements". La jurisprudence n’allant pas nécessairement dans le sens du PSG, le juge avait des chances de retoquer les Parisiens si Messi décidait de contester devant un tribunal son licenciement pour faute sur la base de ces seuls motifs.

Un contrat secret entre le PSG et Messi

Avec ces données, les avocats de Messi ont donc voulu négocier directement avec le club de la capitale que leur client reprenne les séances collectives. Pour en arriver là, les services du club et du clan Messi ont décidé de rédiger un contrat sous seing privé. Dans le texte, un accord validé par les deux parties : la Pulga fait des excuses et Paris l’accepte à l’entraînement, rien n’est dit sur les matchs. Le clan de l’attaquant craignait à ce moment-là que le club ne tienne pas sa parole en écoutant sa vidéo et en ne le laissant finalement pas accéder aux séances à Saint-Germain-en-Laye. Un vœu finalement réalisé lundi dernier avec entraînement individuel immortalisé et partagé par le PSG sur ses réseaux sociaux.

Contacté, le club dément nos informations que nous maintenons. L’entourage de l’Argentin ne voulait pas faire de commentaire.

Article original publié sur RMC Sport