“La Pudeur ou l’Impudeur”, journal filmé d’Hervé Guibert au bord de la mort

Bruno Deruisseau
© BQHL

Pour entrer dans La Pudeur ou l'Impudeur, on peut partir d'une des dernières phrases d'un des livres les plus connus d'Hervé Guibert, A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie : "Jusqu'où souhaites-tu me voir sombrer ?", écrit-il. Marchepied permettant de passer de l'autofiction à l'autofilmage, la question du livre comporte déjà tout ce que sera le film, le seul réalisé par l'écrivain photographe. Jusqu'où : peut-être jusqu'à la mort/souhaites-tu : on se tutoie, nous sommes intimes/me voir : il s'agira ici de toi, mais surtout de voir, d'un jeu de pour-voir/sombrer : ce sera aussi une agonie, celle d'un malade du sida.

A 34 ans, Hervé Guibert est déjà très affaibli. La productrice Pascale Breugnot, pionnière controversée de la téléréalité sur TF1, lui propose de faire un film autour de sa maladie. Elle lui donne un petit Caméscope.

Lire la suite...