Ce pull qu'on a toutes fait l’unanimité en confinement

·2 min de lecture

L’année 2020 ne ressemble décidément à aucune autre. En plein reconfinement, c’est toute l’industrie de la mode qui revoit légèrement les tops et les flops des grandes tendances de l’automne-hiver 2020-2021. Le premier confinement avait déjà eu des effets, faisant du jogging le pantalon inattendu le plus recherché de la saison et de la surchemise un vrai must-have. Le deuxième confinement semble proclamer l’avènement d’un autre grand basique de la garde-robe féminine. Quelque chose de douillet, chaud, pratique et réconfortant : le pull à capuche et son cousin, le hoodie (comprenez, le sweat à capuche). Avouez-le : qui n’en a pas déjà un qui traîne au fond de son placard ? Et, surtout, qui ne s’est pas déjà surprise cette année à taper dans son moteur de recherche « pull à capuche sympa et tendance pour cet hiver » ?

Apparu aux Etats-Unis dans les années 1930 comme outil de travail destiné aux ouvriers des entrepôts frigorifiques, le sweat à capuche doit sa popularité au monde sportif et au monde étudiant qui l’ont transformé en étendard générationnel et universel. Depuis les années 1970, il fait le bonheur des athlètes qui usent et abusent du confort de sa capuche avant et après match pour se rassurer. Mais voilà : sous ses dehors pratiques et son allure résolument sportive, le sweat à capuche est en train de conquérir de nouvelles adeptes bien décidées à traverser ce reconfinement de manière confortable et stylée tout à la fois. Car le sweat à capuche de 2020 conjugue les deux. Colorisé et débarrassé de logo outrancier, il se marie aussi facilement à un jean tendance qu’à un pantalon chino. Avec sa matière molletonnée, il fait le pont entre intérieur et extérieur : suffisamment doux et englobant pour se réconforter en cas de cou de mou ou de frissons et assez classe pour faire illusion derrière son écran d’ordinateur quand une visioconférence s’improvise ! Il suffit de jouer avec sa capuche et son cordon selon son humeur et ses besoins !S’il cartonne aussi autant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite