“Pureté”, une autofiction queer brûlante et tourmentée signée Garth Greenwell

Gérard Lefort
© Max Freeman/Grasset
© Max Freeman/Grasset

Pureté de l’Américain Garth Greenwell n’est pas très pur. Et c’est tant mieux. Dans sa forme même qui alterne des pages de profond existentialisme avec d’autres, aussi profondes, qui explorent une homosexualité dont le narrateur détaille les subtilités pornographiques. Il est américain, professeur de littérature à l’American College of Sofia.

Lire la suite...