Qatar : des gays contraints à traquer d’autres personnes LGBT+ pour éviter la torture

Getty Images © Sarah Stier - FIFA

Alors que se profile le lancement de la Coupe du monde, le Qatar n’a jamais été autant acculé par les attaques concernant ses manquements aux droits humains. Fin octobre, l’ONG Humans Rights Watch publiait un rapport glaçant au sujet des discriminations et violences commises envers la communauté LGBT+. De nouveaux éléments viennent alimenter l’inquiétude concernant le traitement de ces minorités au Qatar : selon le Guardian, les autorités qataries ne se contenteraient pas d’arrêter et violenter les personnes LGBT+, mais elles auraient mis en place un système sordide visant à les instrumentaliser.

D’après un médecin qatari expatrié aux États-Unis, également militant des droits homosexuels, avec lequel s’est entretenu le média britannique, la police aurait consenti à ne pas torturer des personnes gays en échange d’une collaboration dans la traque de la communauté LGBT+ : "Certaines personnes sont arrêtées, torturées puis recrutées comme agents des forces de police. Il y a des individus de la communauté gay à qui on a promis d’être protégés contre la torture physique en échange de travailler pour le département de sécurité préventive et de les aider à trouver des groupes de personnes LGBTQ+” déclare-t-il à leur micro. Il affirme ainsi que certains réseaux homosexuels tenus secrets ont été compromis suite à des arrestations préventives.

Sur le même sujet ⋙ Coupe du monde 2022 : Human Rights Watch accuse le Qatar de violence envers la communauté LGBTQ+Un site va recenser tous les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Célébrer la mort : sommes-nous prêts à casser les codes ?
Lgbtphobie : une fusillade fait au moins cinq morts dans une boîte LGBT+ du Colorado
"Ne laisser personne sur la touche" : elles organisent une contre Coupe du monde de foot mixte et inclusive
Soupçonnés de consulter de la pédopornographie, 48 hommes, dont plusieurs élus, ont été interpelés
En France, 16 % des femmes en situation de handicap ont déjà été victimes de viol, selon une étude