Qi Gong : l’exercice vitalité pour gagner en énergie toute la journée

Posture initiale

Debout et détendue, les pieds écartés à la largeur des épaules, les genoux légèrement fléchis et bien alignés au-dessus des pieds. Les bras sont allongés mais pas tendus devant le buste, les paumes de mains tournées vers le bas-ventre.

Inspiration abdominale

Inspirez, en détendant bien votre ventre pour le laisser se gonfler naturellement. Les épaules restent détendues et la main gauche commence à s’élever vers le ciel, en même temps que la main droite se tourne vers la terre.

Détente des épaules

Fin de l’inspiration abdominale. Les épaules détendues, la main gauche est tournée vers le ciel, doigts vers l’intérieur, et la main droite vers la terre, doigts vers l’avant. Bien ouvrir l’aisselle droite et ne pas plaquer le bras gauche contre l’oreille.

Expiration profonde

Expirez profondément, détendez-vous encore plus et amorcez le mouvement de descente de la main gauche et de retour de la main droite vers votre centre (zone du bas-ventre).

Présence et retour à la posture initiale

Fin de l’expiration, vous êtes revenue à la posture initiale. Vous pouvez rester ainsi pendant quelques cycles respiratoires, détendue et présente.

Poursuite du cycle

Sur le début d’une nouvelle inspiration abdominale, soulevez la main droite vers le ciel et descendez la main gauche vers la terre, comme précédemment, en gardant les épaules détendues.

Connexion à l'énergie

À la fin de l’inspiration, la main droite est tournée vers le ciel et vous imaginez l’énergie de votre paume de main se connecter infiniment loin dans le ciel. La main gauche est tournée vers le bas et l’énergie de votre paume rayonne profondément vers la terre. Expirez, revenez à la posture initiale.

Recommencez ce mouvement, 3 fois de chaque côté.

Qi Gong : le petit conseil

Cette gymnastique énergétique chinoise entretien l’énergie de la rate et de l’estomac. Ce mouvement appelé "Soutenir le ciel et appuyer la terre" stimule notre système digestif et renforce notre système immunitaire.

Merci à Chrystel Herbeaux Del Pino,

(...) Cliquez ici pour voir la suite