Quel est le QI moyen des Français ?

·2 min de lecture

Le quotient intellectuel, couramment appelé le QI ne désigne pas la mesure de l’intelligence de quelqu’un, mais une évaluation de compétences cognitives (qui permettent les apprentissages). La mesure du QI est destinée à repérer les enfants en difficulté scolaire, et uniquement eux… En principe !

À l'origine, comme le rappelle Eric Turon-Lagot, psychologue et spécialiste de la question du QI, il s’agit de "la division de l'âge correspondant aux réponses d'un individu par son âge biologique, le tout multiplié par 100".

"Au sens strict, le QI n'existe donc plus depuis les années 50, car depuis des décennies, on positionne le score des individus évalués sur une échelle qui varie de 40 à 160."

La norme (la "moyenne"), pour un score de quotient intellectuel se situe entre 85 et 115.

L’échelle des scores dépend de l'outil utilisé. "Sur Internet par exemple, on peut lire que tel ou tel personnage célèbre ou artiste a 180, 200 de QI ! C'est une double tromperie : beaucoup d'entre eux n'ont jamais pu être évalués du fait que ces outils sont apparus au début du XXème siècle, et la majorité des personnages du XXème siècle n'ont pas passé ces évaluations.", précise le spécialiste.

Plutôt que de parler de "test", on parlera de classification, ou d’échelle pour évaluer les compétences cognitives d’une personne.

La classification consiste à comparer les scores d'un enfant, à ceux de jeunes de son âge, à qui on a proposé les mêmes exercices alors qu'ils ne consultaient pas pour évaluer leurs compétences (on suppose donc qu’ils ne présentent pas de troubles de l’apprentissage).

Ce n'est donc qu'une comparaison, que des scores relatifs à ceux de la population d'âge similaire, puis un positionnement sur une échelle plus générale, celle des "QI" (40-160).

Cette dernière échelle est fixe, et ne dépend plus de l'âge. Il s’agit de la classification des niveaux d’intelligence de Wechsler :

Pour le quotient intellectuel, on ne va pas parler de "moyenne", mais plutôt de "norme", comme il s’agit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite