QR code sur les tombes, cercueil en carton… À quoi ressembleront les funérailles de demain ?

RubberBall Productions

Dans le premier chapitre de cette série sur la personnalisation grandissante des obsèques, NEON a rencontré de nouveaux acteurs du funéraire qui cassent les codes en offrant un accueil chaleureux et plus d’écoute. Face au tabou de la mort, ils souhaitent casser l’image lugubre qui colle à leur métier.

QR code sur nos tombes, cercueil en carton, lâcher de colombes ou encore funérailles à la Johnny… J’ai tenté de découvrir jusqu’où pouvait aller la personnalisation d’obsèques. Et je vous assure qu’il y en a pour tous les goûts.

Selon une étude menée par l’institut CSA en 2022, 48 % des Français·es déclarent qu’ils pourraient organiser, pour un proche, une “cérémonie qui s’écarte des conventions”. 57 % des Français·es souhaitent ainsi pouvoir proposer une célébration dont le thème serait lié au centre d’intérêt du défunt. Afin de briser le tabou de la mort et combler le manque de personnalisation dans le marché du funéraire, des entrepreneur·es redoublent de créativité pour offrir des services sur mesure.

Dans un monde hyperconnecté, l’inclusion de la technologie et du digital dans les funérailles semble inévitable. Selon les professionnel·les interrogé·es, la pandémie de Covid-19 a conduit à un essor de la diffusion des cérémonies d’obsèques via des plateformes de vidéo-conférence. De même, certaines familles choisissent de nos jours de créer un site Internet pour annoncer le décès et les détails des obsèques de leurs proches. Dernière innovation en date, proposer à la vente des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Homophobie dans le foot : la Ligue professionnelle s'associe à une cellule d'écoute pour libérer la parole
Selon un rapport de la Miviludes, les jeunes hommes seraient plus en proie aux dérives sectaires
Près de la moitié des femmes arrêtent de courir en hiver à cause du sentiment d'insécurité
Une internaute interroge les hommes sur les règles sur TikTok pour pousser les femmes à voter
"Meilleure excuse pour ne pas aller travailler" : les recherches pour éviter d'aller au boulot explosent sur Google