« Ce qu’il a fait, vous ne l’oubliez jamais » : le témoignage bouleversant de Bruno Questel, violé à 11 ans

Lydia Menez
·2 min de lecture

Le député, victime d’un pédocriminel, a pris la parole sur LCP pour briser l’omerta des violences sexuelles faites aux petits garçons.  

« Je ne rentrerai pas dans les détails de ce qui s’est passé. Mais cet homme, que je connaissais depuis ma naissance, en qui j’avais toute confiance, s’est autorisé des paroles, des actes, des gestes, par la force. » C’est d’une voix étranglée, le regard fuyant et la tête posée sur sa main que Bruno Questel raconte, en cherchant ses mots, les violences sexuelles qu’il a subi à l’âge de 11 ans. Il avait amorcé ces révélations en début de semaine sur Twitter, en réponse à Jack Lang qui disait ne pouvoir s’indigner de l’inceste à chaque minute : « Il n’était pas de ma famille, il était du village ; de ces lieux où la famille est grande. J’avais 11 ans. Je n’ai jamais oublié. Aucune excuse possible. Aucun pardon possible. Aucun repos pour les auteurs de ces actes. Il faut s’indigner toutes les secondes @jack_lang. » 

 

Il n’était pas de ma famille, il était du village ; de ces lieux où la famille est grande. J’avais 11 ans. Je n’ai jamais oublié. Aucune excuse possible. Aucun pardon possible. Aucun repos pour les auteurs de ces actes. Il faut s’indigner toutes les secondes @jack_lang https://t.co/hzillQ0qrM

— Bruno Questel (@BQuestel) January 18, 2021

 

Depuis ce tweet, le député de l’Eure dit se sentir à la fois vide et soulagé. « J’avais depuis plusieurs semaines comme une forme de pression, d’oppression et voilà, c’est sorti », révèle-t-il à la journaliste de LCP. C'est en plein affaire Olivier...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi