Ce qu’il faut retenir de la Fashion Week de Paris automne-hiver 2020-2021

Capucine Tissot

Après un mois de défilés organisés dans les quatre capitales de la mode, la Fashion Week de Paris a clos la saison automne-hiver 2020-2021 ce mardi 3 mars. Bilan.

Vers une mode plus intemporelle 

Alors que le monde s’inquiète de voir l’épidémie de coronavirus se propager, les créateurs de mode semblent s’être donnés comme mission de rassurer. Comment ? En misant sur ce qu’ils savent faire de mieux. Exit les fioritures et extravagances en tous genres, cette saison, l’intemporel fait office de refuge. Ainsi, la maison italienne Valentino a présenté son uniforme de l’automne-hiver 2020-2021, principalement composé de tenues monochromes, empiècements en cuir et accessoires à la sensualité assumée. Chez Celine, Hedi Slimane mise à nouveau sur une collection d’inspiration seventies. Chemisiers en soie, blazers structurés, jupes-culottes et bottes hautes en daim ont ainsi envahi le podium, proposant un vestiaire portable auquel on peut réellement s’identifier. Chez Hermès, c’est l’attention apportée aux coupes et la palette de couleurs qui séduit tandis que Givenchy propose un prêt-à-porter urbain d’inspiration couture. Du côté d’Altuzarra et d’Issey Miyake, le confort reste prioritaire grâce à des coupes légèrement oversized, des matières aériennes et des souliers plats, pour une liberté de mouvement sans pareil. 

La question environnementale sur le podium

Depuis quelques saisons, la cause environnementale a une place de choix dans le processus créatif des designers. La Fashion Week s’impose comme l’événement idéal pour exprimer son engagement écolo, notamment pour Stella...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi