Ce qu’il faut savoir sur le projet de suppression du droit à l’avortement aux États-Unis

Le site « Politico » a révélé l’intention, encore débattue, de la Cour suprême américaine d’enterrer la décision dite Roe v. Wade qui accordait en 1973 le droit à l’avortement. Une inquiétante initiative qui laisserait à chaque État le champ libre pour adopter sa propre loi.

Quel est le contenu du projet ?

La Cour suprême des États-Unis s’apprête à annuler une décision historique reconnaissant depuis près d'un demi-siècle le droit à l'avortement. Le site d'informations « Politico », s'appuyant sur une fuite inédite de documents, a indiqué lundi 2 mai s'être procuré l'avant-projet d'une décision majoritaire rédigé par le juge conservateur Samuel Alito et daté du 10 février.

L'arrêt Roe v. Wade qui, en 1973, a estimé que la Constitution américaine protégeait le droit des femmes à avorter, était « totalement infondé dès le début », selon ce texte de 98 pages qui peut faire l'objet de négociations jusqu'au 30 juin. « Nous estimons que Roe v. Wade doit être annulé », écrit Samuel Alito dans ce document, appelé « Avis de la Cour » et publié par « Politico ». « L'avortement constitue une question morale profonde », estime le juriste. « La Constitution n'interdit pas aux citoyens de chaque État de réglementer ou d'interdire l'avortement […] La conclusion inéluctable est que le droit à l'avortement n'est pas profondément enraciné dans l'histoire et les traditions de la Nation », selon lui. Il « n'est protégé par aucune disposition de la Constitution ». Si cette conclusion est bien retenue par la Haute cour, les États-Unis reviendront à la situation d'avant 1973, quand chaque État était libre d'interdire ou d'autoriser l'avortement.

À lire aussi...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles