Quantum of Solace (France 2) : de quel célèbre homme politique français s'est inspiré Mathieu Amalric pour son rôle de méchant ?

·1 min de lecture

Vingt-deuxième opus de la franchise consacrée au célèbre agent 007, Quantum of Solace, sorti en 2008, voit James Bond lancer à la poursuite de ceux qui ont forcé la belle Vesper Lynd (Eva Green) à le trahir à la fin de Casino Royale. Sa traque va le mener sur la piste de Dominic Greene, homme d'affaires impitoyable et pilier d'une mystérieuse organisation criminelle, qui tente de prendre le contrôle de l'une des ressources naturelles les plus importantes au monde... Sacré "méchant" que voilà pour affronter James Bond. Et joué (encore) par un acteur français : Mathieu Amalric. Encore, parce que d'autres comédiens français l'ont précédé dans ce type de rôle dans l'histoire de la saga, à l'instar de Louis Jourdan dans Octopussy, Simon Abkarian dans Casino Royale ou Sophie Marceau dans Le Monde ne suffit pas.

C'est la performance d'Amalric en tant qu'agent trouble dans Munich (2005) de Steven Spielberg, qui aurait tapé dans l'oeil du réalisateur Marc Forster, et lui aurait donné envie de recruter le français. A l'époque du film, Mathieu Amalric aurait déclaré que, pour se glisser dans la peau du machiavélique Dominic Greene, il s'était inspiré... des "yeux fous de Nicolas Sarkozy" ! Ainsi que du sourire de l'ancien premier ministre du Royaume-Uni, Tony Blair. "Je me suis demandé ce qui faisait d'un personnage un méchant. Ce n'est pas le stéréotype du dingue qui cherche à détruire le monde ; il devait donc avoir un fort impact psychologique. Le jouer comme un personnage discret qui (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Keanu Reeves dans Cyberpunk : les coulisses de sa participation surprise (VIDEO)
George de la jungle (Disney+) : que devient Brendan Fraser, et pourquoi avait-il disparu ?
Scarlett Johansson : son impressionnante métamorphose de ses débuts à Avengers (PHOTOS)
Black Panther 2 : on en sait plus sur le tournage du film sans Chadwick Boseman
Borsalino & co (Salto) : pourquoi Jean-Paul Belmondo ne fait-il pas partie de la suite ?