Quatre façons de réinventer l'apéro

·1 min de lecture

Tout à la joie de fêter la liberté retrouvée, c'est open bar à la maison avec les nouveaux drinks. 

On boit artisanal          

Comme en cuisine, les circuits courts, le savoir-faire artisanal et le respect de l’environnement sont plébiscités. La bolée classique fait place à des cidres moins caloriques et bien balancés, servis on the rocks ou dans des cocktails (cidrospritz, cidrisky). Le célèbre apéritif anisé de Saint-Tropez, parfumé d’un bouquet de plantes et d’une touche d’amande douce (Pastis 12/12), se détend avec beaucoup d’eau. Les limonades artisanales du Jura (Elixia) sont aromatisées avec des herbes du jardin et troquent le sucre pour du sirop d’agave. Fleuron national, la craft beer, brassée avec des céréales souvent bio, se fait mousser à 0 % (FrogBeer, Le Petit Béret).               

On partage : des nonnettes de Dijon au confit d’oignon (Mulot & Petitjean), une saucisse sèche (Oteiza), une socca, la terrine persillée Paris-Biarritz de Maison Verot.

On trinque léger

Côté cave, les vins natures sans sulfites sortent de la confidentialité et le rosé fait sa mue, plus léger, voire sans alcool, peu sucré et sans pesticides (Moderato, Virgin Rosé Le Petit Béret). Pour frimer, on oublie les coupes, le blanc de blanc sans sucre ajouté se déguste dans des blidas, les verres des vignerons champenois. Envie de prolonger la soirée ? On découvre les nouvelles bouteilles d’eau pétillante sans alcool à base de plantes (Alavie) ou on trinque avec des canettes de hard seltzer (Bewiz, Plume & Petal, Ozake, Snowmelt).         ...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles