Quatre questions sur l'épidémie de rougeole qui a fait une victime en France

Camille Caldini
Une femme est morte de la rougeole au CHU de Poitiers, le 10 février. Les autorités de santé rappellent qu'il n'existe pas de traitement et que seule la vaccination permet d'éviter la contamination.

Une femme de 32 ans est morte de la rougeole samedi 10 février au CHU de Poitiers (Vienne), a annoncé l'Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine, mardi 13 février. La patiente, qui n'était pas vaccinée contre la maladie, selon l'agence, avait été hospitalisée le 1er février. Il s'agit de la première victime française d'une épidémie qui a débuté en novembre, en plein débat sur la vaccination obligatoire souhaitée par le ministère de la Santé.

Quelle est l'ampleur de l'épidémie de rougeole ?

387 cas depuis novembre 2017. L'épidémie de rougeole sévit en Nouvelle-Aquitaine depuis novembre 2017. Elle "persiste" dans la région, selon l'ARS, qui recense 269 cas confirmés, dont 66 qui ont nécessité une hospitalisation. Quatre de ces patients ont dû être admis en réanimation. Ces chiffres ont plus que doublé depuis le 24 janvier, quand l'ARS comptait 115 cas, dont 32 hospitalisations. L'épidémie touche essentiellement la Gironde et la Vienne, où se trouvent les grosses agglomérations de Bordeaux et Poitiers. Sur l'ensemble du territoire français, la Direction générale de la santé a recensé 387 cas, dont 83 hospitalisations, depuis le 1er novembre.

Onze morts depuis 2008. Cette épidémie n'est pas nouvelle en France. Depuis 2008, après plusieurs années de recul, la rougeole a causé la mort de 11 personnes. Du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2016, plus de 24 000 cas de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi