Quelles différences entre le minimum contributif et l'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) pour augmenter ma petite retraite ?

En France, le montant moyen des retraites versées par l'Assurance retraite, à l'ensemble de ses retraités (15,2 millions) est de 814 euros par mois, en 2023. Afin d'aider les personnes âgées à s'assurer un minimum de ressources, il existe plusieurs dispositifs et aides. Parmi ces coups de pouce, les seniors qui touchent une petite retraite peuvent bénéficier du minimum contributif, un mécanisme de complément de retraite qui vise à assurer un montant minimal. Mais alors, comment l'obtenir et comment le différencier de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), dont le rôle est similaire ? Philippe Bainville, spécialiste qui officie pour l'Assurance retraite, nous livre ses réponses.

Également appelé MICO, le minimum contributif a pour but de garantir un niveau de vie minimum aux retraités du régime général. "Pendant la réforme des retraites, on a longuement entendu parler de la revalorisation des petites pensions de retraite. On avait évoqué la somme de 100 euros en plus. Il s'agit totalement de cela, c'est le minimum contributif", lance Philippe Bainville. En clair, il s'agit d'assurer aux seniors qui ont cotisé sur de faibles salaires le fait de pouvoir vivre décemment grâce à un montant minimum de retraite de base (733,03 euros par mois en 2024, si la majoration est servie entière), qui est revalorisé chaque année au 1er janvier. Si la retraite de base d'un assuré est inférieure à cette somme, alors elle sera, sous conditions, augmentée jusqu'à l'atteindre.

En premier (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite