Quels sont les bienfaits du tilleul ?

Reconnaissable par son écorce grise et lisse, le tilleul pousse dans les bois d’Europe et d’Asie mineure. Il fait partie de la famille des Tiliaceae qui regroupe plus de 450 espèces différentes. Cet arbre possède de larges feuilles sur lesquelles poussent des fleurs jaunes qui se déploient de mi-juin à mi-juillet. Il attire de multiples insectes butineurs comme les abeilles et peut atteindre jusqu'à 40 mètres de hauteur. Pour guérir des maux du quotidien, deux composants du tilleul sont utilisés : les feuilles et l’aubier.

Quelles sont les propriétés du tilleul ?

Depuis des siècles, le tilleul sert à des usages médicinaux. Concernant les feuilles du tilleul, elles détiennent de puissantes vertus antalgiques, anti-inflammatoires et sédatives. Quant à l’aubier, il possède des propriétés comme :

une action cholérétiqueune action antispasmodiqueune action antiprurigineuse (lutte contre les démangeaisons)une action dépurative

Moins employées, les fleurs du tilleul s’avèrent aussi anxiolytiques et diurétiques. Ce végétal renferme donc de nombreux bienfaits qui soignent et apaisent plusieurs troubles.

Quand peut-on utiliser le tilleul ?

Très exploitées en phytothérapie, les feuilles du tilleul disposent d’une substance hypnotique qui favorise l’apparition du sommeil. Pour les personnes qui connaissent des difficultés pour s’endormir, consommer cette partie du tilleul les aide à tomber rapidement dans les bras de Morphée. Pour les périodes de stress, ces fleurs permettent de repousser les angoisses. Légèrement amer, le miel de tilleul calme aussi les personnes nerveuses.

À la suite d’une activité physique, il n’est rare que des courbatures apparaissent. Douloureuses et gênantes, ces dernières s’apaisent avec une tisane de feuilles de tilleul après la session de sport. En tisane ou en infusion, elles permettent de calmer les troubles digestifs. Elles sont aussi préconisées en cas de migraines.

À l’aide de ses propriétés dépuratives, l’aubier agit sur les reins, le foie et les

(...) Cliquez ici pour voir la suite