Quels sont les cancers les plus fréquents en France ?

Près de 400 000 nouveaux cas de cancer sont recensés chaque année en France. Mais quels sont les cancers les plus fréquents dans l’Hexagone ? Pour répondre à cette question, Statista a réalisé une infographie basée sur les dernières données de l'Institut national du cancer (INCa).

Vous trouverez plus d'infographie sur Statista

Les cancers les plus fréquents chez la femme

Chez la femme, c’est le cancer du sein qui est le plus répandu (32 %). C’est pourquoi le dépistage est indispensable. Un examen clinique des seins par un professionnel de santé est ainsi recommandé dès l’âge de 25 ans. Et entre 50 et 74 ans, c’est une mammographie qui est ensuite préconisée tous les deux ans. Le taux de survie nette du cancer du sein à 5 ans est de 87 %, selon l’Institut national du cancer.

Parmi les autres cancers les plus fréquents chez la femme, on retrouve le cancer colorectal en deuxième position (11,2 %) et le cancer du poumon en troisième place (9 %). Ils sont suivis du cancer du col de l’utérus (4,5 %) et du cancer de la thyroïde (4,1 %).

Les cancers les plus fréquents chez l'homme

Chez l’homme, c’est le cancer de la prostate qui est le plus fréquent (22,6 %). Parce que le bénéfice du dépistage n’a pas été clairement démontré, il n’existe pas de programme national proposant de dépister ce cancer de façon systématique chez les hommes ne présentant pas de symptômes.

Deux examens de dépistage de cancer de la prostate sont néanmoins envisageables à l'initiative du médecin généraliste ou à la demande du patient : le toucher rectal et le dosage de l’antigène prostatique spécifique (PSA). Le taux de survie de ce cancer à 5 ans et de 93 %, d’après l’Institut national du cancer.

Les autres cancers les plus fréquents chez les hommes sont le cancer du poumon en deuxième position (15 %) et le cancer colorectal en troisième place (11,2 %). Ils sont suivis du cancer de la vessie (5 %) et du cancer du rein (4,4 %).

A lire aussi :

⋙ Cancer : la cartographie des risques région par région qui réserve quelques

(...) Cliquez ici pour voir la suite