Quels réflexes adopter en cas d'allergie au pollen de bouleau ?

·1 min de lecture

Près d'un adulte sur trois souffrirait d’allergie aux pollens en France, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation et de l'environnement (Anses). Et les plus jeunes ne sont pas épargnés : 20 % des enfants de plus de 9 ans subiraient aussi les conséquences de cette allergie.

L'allergie au pollen bouleau ouvre généralement le bal de la saison des allergies. Elle peut être à l'origine de conjonctivites, de rhino-conjonctivites et d’asthmes allergiques et sévit principalement dans le nord de la France. Mais ne vous réjouissez pas trop vite si vous habitez dans la moitié sud du pays : le pollen de bouleau entame sa progression et devient de plus en plus important notamment dans la région Occitanie. Dans le sud, d'autres pollens sont tout aussi développés comme le cyprès, platane, etc.

Les allergies croisées, souvent en cause

Le bouleau appartient à la famille des bétulacées, comme le noisetier, le charme ou l'aulne. Il est facilement reconnaissable à son tronc blanc/brillant avec des nuances de gris/noir. Avec le cyprès, c'est l’arbre dont le pollen présente le potentiel allergisant le plus important en France.

Généralement, les personnes allergiques au pollen de bouleau ont de grandes "chances" d'êtres allergiques aux autres pollens de bétulacées (aulne, charme et noisetier). Et dans près de 50 % des cas, cette allergie s'accompagne également d'une...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles