Qu'est-ce que le "junk sleep", cette forme de sommeil qui nuit à votre cerveau et votre corps ?

Andrea Piacquadio

Il est de notoriété publique que le sommeil est essentiel à notre fonctionnement. Mais il existerait un type de sommeil néfaste pour notre corps que vous avez peut-être adopté : le "junk sleep".

À première vue, on se doute que ce terme ne désigne rien de bon. Si vous voyez à peu près ce qu’est la "junk food", vous comprendrez rapidement que lorsque l’on parle de "junk sleep", il ne s’agit pas du sommeil réparateur qu’il est conseillé d’avoir chaque nuit. "Le junk sleep c’est un sommeil qui n’est pas assez long, pas assez qualitatif et qui, en gros, ne nourrit pas notre cerveau et notre corps comme il le devrait", résume Martin Seeley, expert du sommeil, dans les colonnes de Glamour. Au même titre que la junk food, donc, le junk sleep a pour effet direct de nous faire nous sentir mal. Malheureusement, pour beaucoup d’entre nous, le junk sleep est une pratique quotidienne. Si vous ne le saviez pas encore, lorsque vous vous endormez brusquement devant la télévision, ou que vous faites des siestes à des moments aléatoires dans la journée, y compris juste avant de vous mettre au lit ou dans les transports, c'est le signe que vous êtes victimes du junk sleep.

Loin d’être anodin, ce type de sommeil a des effets sur tout votre organisme. Fatigue, manque de concentration, douleurs musculaires, manque d’énergie, bouffées de chaleur, mauvaise humeur, peau terne ou encore diminution des capacités cognitives, ces quelques minutes de sommeil grappillées ici et là, au lieu de vous faire du bien, peuvent avoir des conséquences négatives sur votre quotidien. Ce type de sommeil "peut affecter votre système immunitaire, votre libido et votre mémoire", affirme le Dr Daniel Shade pour CBS. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Psycho : voici 4 clés pour apprendre à canaliser sa colère
Vous craignez toujours le pire ? Vous souffrez sûrement d'anxiété anticipatoire, voici comment s'en défaire

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "L’infarctus de la femme augmente considérablement depuis plusieurs années… L’heure est grave"