Qu'est-ce que le "kinkeeping", cette charge familiale qui pèse sur la santé mentale des femmes ?

Cottonbro studio

Vous êtes la personne qui est systématiquement en charge de l'organisation des repas de famille ? De faire vivre le Whatsapp familial ? De vous rappeler des anniversaires de tout le monde ? Bienvenue dans le monde merveilleux du "kinkeeping", ou l'art d'être le/la "gardien·ne de la parenté". Une charge mentale qui ne dit pas son nom, et qui, surprise, affecte davantage les femmes.

Loin d'être une énième tendance sociétale, le terme est défini comme suit par l'American Psychological Association : "le rôle social, généralement assumé par les femmes, de promotion et de protection des relations entre les membres de la famille." La dernière étude sur le sujet, rapportée par Psychology Today, estime que 85 % des "kinkeepers" sont des femmes, âgées de 40 à 69 ans, certaines assumant ce rôle jusqu'à 70 ans…

Un travail d'équilibriste pourtant très peu documenté, alors qu'il représente une charge émotionnelle et mentale considérable pour qui l'effectue : il faut savoir jongler avec le temps, les finances, les humeurs. "Ceux qui assument le rôle de parent sont susceptibles d'équilibrer de nombreuses exigences différentes dans leur propre vie à la maison, au travail et dans leurs communautés, laissant peu de place pour se concentrer sur eux-mêmes", précise la coach de vie Kiran Singh à Stylist.

Sur le même sujet ⋙ Charge mentale : les femmes n'y échappent (toujours) pas, même en vacancesVoici le motif de dispute le plus courant à Noël, à ne surtout pas évoquer aux repas de famille

En (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Santé mentale : vous devriez tenter le "shadow journal", cette habitude d’écriture améliorant le bien-être
Le "blue monday" est-il vraiment le jour le plus déprimant de l’année ?
"Lucky Girl Syndrome", ou comment attirer la chance en pensant qu’elle va arriver
Vous craignez toujours le pire ? Vous souffrez sûrement d'anxiété anticipatoire, voici comment s'en défaire
Qu'est-ce que le "junk sleep", cette forme de sommeil qui nuit à votre cerveau et votre corps ?