Qu'est-ce que l'indice de rondeur corporelle, le nouvel indicateur qui pourrait remplacer l'IMC ?

Un nouvel indicateur plus précis, notamment pour estimer le risque de mortalité, pourrait bientôt faire de l’ombre au célèbre indice de masse corporelle… Voici ce qu’il faut savoir.

L’indice de masse corporelle, qui s'obtient en divisant le poids par la taille au carré, devient de plus en plus « vintage ». La raison ? Il est désormais, pour de nombreuses personnes, trop imprécis et insuffisant pour déterminer l’état de santé d’une personne, car il ne prend pas en compte la répartition de la graisse, les muscles, le taux d’eau corporelle ou encore la masse osseuse.

Les sportives et sportifs de haut niveau, par exemple, obtiendront un IMC extrêmement élevé du fait de leur importante masse musculaire, sans pour autant présenter un surpoids ou une obésité. Cet IMC faussé peut donc, parfois, encourager le développement de complexes physiques ou de troubles des comportements alimentaires (TCA).

En revanche, une récente étude publiée dans la revue scientifique «  JAMA Network Open », le 5 juin dernier, met en avant les résultats d'un autre indice : celui de la rondeur corporelle. Les scientifiques se sont penchés sur les dossiers médicaux de plus de 30 000 Américains entre 1999 et 2018, pour établir un lien entre l’IRC et le risque de mortalité. Leurs résultats montrent qu’un IRC faible est souvent lié à une malnutrition, une fatigue ou une atrophie musculaire importante. Au contraire, un IRC plus important s’accompagne souvent d’un risque accru de développer des maladies cardiovasculaires, des troubles métaboliques et des cancers.

L’indice de rondeur corporelle : quésaco ?

Ce nouvel indice, intitulé Body...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi