Qu'est-ce que la remédiation cognitive ?

Fabien Trécourt
·1 min de lecture

Cette approche thérapeutique est utilisée pour renforcer la mémoire ou encore la concentration des enfants hyperactifs, des patients atteints d’Alzheimer, des victimes d’AVC…

Ça muscle le cerveau

La remédiation cognitive aurait pu s’appeler « gymnastique de l’esprit ». « Elle désigne un ensemble d’exercices destinés à renforcer ou à restaurer des fonctions cognitives : la mémoire, la concentration, le traitement de l’information, le repérage dans l’espace, etc. », résume Magali Seassau, docteure en neurosciences et directrice opérationnelle du centre médical CogCharonne, à Paris. Cette approche ne peut pas se substituer à une prise en charge médicale, médicamenteuse ou psychiatrique.

Un complément aux traitements médicaux

Si, à l’origine, la remédiation cognitive était plutôt destinée aux personnes atteintes de certains troubles du développement ou de l’apprentissage (autisme, dyslexie, hyperactivité…), elle s’adresse aujourd’hui aussi aux victimes d’un accident de la vie comme un AVC ou une dépression. « On ne soigne pas la pathologie elle-même, insiste Magali Seassau. En revanche, on sait qu’une dépression entraîne, par exemple, des troubles de la mémoire. On va donc proposer, en complément du traitement médical, des exercices et des techniques de mémorisation ».

Dans le même ordre d’idée, la remédiation cognitive est utilisée pour accompagner la prise en charge de pathologies psychiatriques (schizophrénie, bipolarité…) et de troubles cognitifs évolutifs comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

Des exercices ludiques à la carte

« Tout...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi