Qu’est-ce que la trypophobie, la phobie étonnante dont souffre la star de Love Island Yewande Biala ?

L’un des membres de l’émission Love Island, Yewande, s’est exprimée à propos de la trypophobie [Photo: ITV]

Certains spectateurs de ‘Love Island’ ont félicité Yewande Biala d’avoir évoqué une phobie inhabituelle, la trypophobie, associée à la peur des petits trous.

Il existe de nombreuses phobies, comme la peur des araignées, des hauteurs et des clowns, mais la trypophobie, qui est déclenchée en regardant des objets composés de trous ou de bosses, est plus rare.

Yewande a discuté de sa phobie des petits trous avec Michael, un autre membre de l’émission, lors de l’épisode diffusé dimanche soir au Royaume-Uni.

“Tu sais qu’il y a des éponges bizarres avec plein de petits cercles ? Ça me donne la chair de poule”, a confié la scientifique de 23 ans.

Ça peut paraître un peu bizarre, mais Yewande est loin d’être la seule à souffrir de cette phobie, et de nombreux spectateurs ont profité des réseaux sociaux pour partager leurs propres expériences suite à la diffusion de l’épisode.

La peur des petits trous dont souffre Yewande s’appelle la trypophobie et J’EN SOUFFRE ÉGALEMENT et c’est ABSOLUMENT HORRIBLE. Arghhhh ça me tue #loveisland

Yewanda souffre de trypophobie comme moi Je sais que je ne suis pas la seule fille bizarroïde atteinte de cette peur et ça me rend heureuse !!!! #loveisland

L’ancien membre de ‘Love Island’ Dr Alex George a également profité de Twitter pour révéler que la maladie était bien réelle, certains rapports suggérant que 11 % de la population pourraient être atteints.

Du point de vue médical, je peux confirmer que la peur des trous (trypophobie) est bien réelle #LoveIsland

Qu’est-ce que la trypophobie ?

L’expression trypophobie aurait été inventée en 2005 lorsque des internautes ont associé les mots grecs pour “trou” et “peur”.

Elle n’est pas encore considérée comme une maladie à part entière, mais l’Association for Psychological Science la décrit comme la peur de motifs irréguliers ou d’amas de petits trous ou de bosses.

La réaction des personnes atteintes peut varier d’une simple sensation d’inconfort à une crise d’angoisse, voire à des vomissements.

Il n’existe pas encore beaucoup d’études sur la trypophobie, mais une étude réalisée auprès de 300 hommes et femmes, publiées en 2013 dans le journal Psychological Science, a révélé que ce trouble pourrait être plus courant qu’on ne le pense.

Dans le cadre de l’étude, des chercheurs ont montré des photos de choses qui perturbent les personnes atteintes de trypophobie à environ 300 hommes et femmes. Ils ont ainsi découvert que près de 1 femme sur 5 et 1 homme sur 10 réagissaient aux photos de manière négative.

L’étude précise que l’intensité de la peur varie d’une personne à l’autre.

Certaines personnes se sentaient mal à l’aise en voyant les nombreux petits trous alors que d’autres évoquaient des tremblements à cause de la peur.

La trypophobie correspond à la peur des petits trous [Photo: Getty]

Quelle est l’origine de la trypophobie ?

Les chercheurs sont un peu perplexes car la recherche est encore limitée sur le sujet.

Mais certaines études ont permis de définir plusieurs théories. Les scientifiques de l’université de l’Essex qui ont réalisé l’étude mentionnée ci-dessus suggèrent que la peur pourrait être liée aux amas de trous qu’on retrouve sur certains des animaux les plus venimeux au monde.

La sensation de peur pourrait ainsi découler de notre instinct de survie naturel qui nous encourage à nous éloigner.

Une autre étude menée par l’université du Kent mentionne que la maladie pourrait être liée à notre réaction à certaines maladies infectieuses qui se manifestent par des amas de formes rondes sur la peau, comme la variole, la rougeole et la rubéole.

D’autres célébrités connues ?

Yewande n’est pas la seule célébrité à avoir évoqué cette peur étonnante, et la star de la télé réalité Kendall Jenner a également déjà confié avoir des difficultés à observer des amas de trous.

“Tous ceux qui me connaissent savent que je souffre vraiment de trypophobie”, a confié le mannequin sur un blog.

“Les personnes atteintes de trypophobie ont peur des motifs bizarres de petits trous. J’ai beaucoup de mal avec les pancakes, les structures alvéolaires ou les fleurs de lotus (le pire !). Ça semble ridicule, mais de nombreuses personnes en souffrent ! Je n’arrive même pas à regarder des petits trous, ça me rend tellement anxieuse. Qui sait ce qui se cache à l’intérieur ???”.

Les traitements pour lutter contre la trypophobie

Le NHS décrit une phobie comme la peur écrasante et débilitante d’un objet, d’un lieu, d’une situation, d’un sentiment ou d’un animal.

Les personnes atteintes de phobies qui entrent rarement en contact avec la source de leur problème peuvent parfois continuer à vivre normalement, mais certaines personnes peuvent souffrir d’“anxiété anticipée” rien qu’en pensant à ce qui les effraie.

La personne atteinte d’une phobie très sévère peut organiser sa vie de manière à éviter la source de leur désarroi.

Certains traitements peuvent également aider, comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) qui permet aux personnes atteintes de modifier la manière dont elles pensent à l’objet de leurs peurs et, avec un peu de chance, de parvenir à réaliser que leur peur est dans leur imagination.

L’aide psychologique et l’hypnose peuvent également aider.

Il est important de solliciter l’aide d’un professionnel de la médecine si vous pensez souffrir de trypophobie, ou de toute autre phobie, et que celle-ci a un impact sur votre quotidien.

Marie Claire Dorking